Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Comptes rendus de lectures

Lazzarin Stefano, Colin Mariella (éds), La critique littéraire du xxe siècle en France et en Italie, Actes du colloque de Caen (30 mars-1er avril 2006)

Caen, Presses universitaires de Caen, 2007
Claudia Zudini
p. 399-400
Référence(s) :

Lazzarin Stefano, Colin Mariella (éds), La critique littéraire du XXe siècle en France et en Italie, Actes du colloque de Caen (30 mars-1er avril 2006), Caen, Presses universitaires de Caen, 2007, 332 pages.

Texte intégral

1La critique littéraire du xxe siècle en France et en Italie réunit des contributions qui abordent les différentes méthodes d’interprétation du texte (stylistique, psychanalytique, formaliste, sémiotique, anthropologique, thématique, historique, sociologique) et les œuvres de quelques grands interprètes, dans le but de dresser le bilan du siècle écoulé, de ce véritable « âge d’or des sciences humaines » (p. 7), au cours duquel la théorie de la littérature a connu ses moments les plus glorieux dans les deux pays. Le domaine culturel franco-italien se constitue comme le terrain idéal d’une telle enquête, en raison de sa position centrale dans le canon occidental et des rapports d’influence réciproque qui unissent les traditions critiques française et italienne. Un triple enjeu est à la clé de ce remarquable ouvrage collectif : « revenir sur l’histoire de la critique littéraire […] dans un souci “philologique” de reconstruction du passé » ; « réfléchir à la situation présente – à la crise actuelle » de la critique littéraire dans nos sociétés « et aux perspectives nouvelles », voire aux nouvelles écoles critiques qui pourraient apparaître ou se développer ; et, dans ce contexte, « envisager les rapports franco-italiens » (p. 10). Les liens réciproques entre la France et l’Italie sont au centre du questionnement critique de Viviana Agostini-Ouafi autour de la valeur de la critique de la traduction, et d’Anne-Rachel Hermetet en ce qui concerne les études comparatistes et leur réception en France. Sur le rapport entre la théorie littéraire et les sciences humaines portent les interventions de Pierluigi Pellini, qui se penche sur la marginalisation de la critique thématique en Italie, de Mario Domenichelli, proposant une revalorisation de l’histoire dans les études littéraires, d’Aldo Nemesio, défendant l’anthropologie littéraire. Des contributions s’attachant à des formes traditionnellement définies comme paralittéraires rappellent le danger d’un canon littéraire ayant longtemps exclu de la tradition littéraire « haute », par exemple, l’écriture féminine, comme le montre Claude Cazalé Bérard ; le genre fantastique, dont Roger Bozzetto discute la définition controversée ; la littérature enfantine : c’est Mariella Colin qui souligne la récente redécouverte de celle-ci, « à la faveur du renouvellement des méthodes d’interprétation littéraire » (p. 127). Dans le cadre d’une réflexion davantage théorique, Remo Ceserani nuance l’opposition entre les études littéraires et culturelles, en défendant une théorie de la littérature qui soit au service d’« un approccio alieno da qualsiasi concezione assoluta » (p. 137) ; de son côté, Romano Luperini précise la nécessité du « carattere dialogico » de la critique (p. 152), dans le contexte d’une pratique critique publique et sociale ; Edoardo Esposito s’attache à montrer l’intégration possible entre la théorie littéraire et l’étude technique de la forme poétique. D’autres contributions sont consacrées au structuralisme et à sa mise en question : celle d’Andrea Inglese autour de l’œuvre de médiateur accomplie par Cesare Segre ; de Massimo Fusillo, documentant la réception italienne du structuralisme français ; Stefano Lazzarin montre comment, par le biais de sa « (re) lecture » des œuvres de Bakhtine (p. 197), Todorov parvint à sortir de la révolution structuraliste tout en en sauvegardant les acquis ; Davide Luglio discute la réception du déconstructionnisme par la critique littéraire italienne. Les enjeux de la critique psychanalytique dans la tradition française sont examinés par Fabrice Wilhelm ; Giuseppe Sangirardi explore les raisons du rapport laborieux que les critiques italiens ont toujours eu avec la psychanalyse, en défendant son appropriation critique, à la fois « nécessaire » et « problématique » (p. 245). La critique sémiotique est au centre des préoccupations de Denis Ferraris, qui s’attache à reconstruire les rapports entre Calvino et les milieux français du structuralisme et de la sémiologie ; de Christine Baron, reconstruisant le parcours intellectuel de Calvino ; de Roberto Pellerey, départageant les courants sémiotiques français et italien ; de Nicolas Bonnet, qui souligne les malentendus dont l’œuvre critique d’Umberto Eco a été l’objet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudia Zudini, « Lazzarin Stefano, Colin Mariella (éds), La critique littéraire du xxe siècle en France et en Italie, Actes du colloque de Caen (30 mars-1er avril 2006) », Cahiers d’études italiennes, 7 | 2008, 399-400.

Référence électronique

Claudia Zudini, « Lazzarin Stefano, Colin Mariella (éds), La critique littéraire du xxe siècle en France et en Italie, Actes du colloque de Caen (30 mars-1er avril 2006) », Cahiers d’études italiennes [En ligne], 7 | 2008, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://cei.revues.org/955

Haut de page

Auteur

Claudia Zudini

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ELLUG

Haut de page