Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Texte intégral

1La présente livraison de notre revue réunit les premiers résultats d’un nouveau cycle de recherches que notre séminaire, qui travaille sur la littérature italienne du Moyen Âge et de la Renaissance, a entamé depuis un an. Notre projet se propose d’étudier l’évolution de la nouvelle en Italie, des origines jusqu’au xvie siècle, à la lumière de deux problématiques susceptibles de mieux dégager la spécificité de ce genre.

2La première de ces problématiques concerne le rapport de la nouvelle à l’histoire. Nous étudierons à ce sujet la représentation de l’histoire dans la nouvelle ; nous entendons par là la façon dont elle relate des événements historiques, mais aussi plus largement les modalités selon lesquelles elle accueille et reflète dans ses personnages, dans ses intrigues et ses structures narratives, une réalité historique donnée. Mais il s’agit aussi d’analyser la façon dont la nouvelle définit son rapport à la réalité historique, notamment lorsqu’elle prétend relater des faits authentiques. La première section des articles ici rassemblés se consacre à l’étude de cette question, du Novellino jusqu’à Bandello, et essaie de dégager les enjeux d’une telle prétention ainsi que les modalités de sa mise en œuvre dans les textes. L’étude des nouvelles de Bandello offre également l’occasion d’aborder la question de la réécriture de sources historiographiques dans une optique littéraire. Cette section s’intéresse aussi, notamment à travers l’exemple des « bandits », comme le célèbre Ghino di Tacco, au problème du rapport entre la création d’un type littéraire et les réalités historiques.

  • 1 Hans Robert Jauss, « Littérature médiévale et théorie des genres », dans Poétique, I (1970), p. 79- (...)

3Pour le deuxième volet de nos recherches, nous nous proposons, dans la lignée des travaux de H. R. Jauss et de C. Segre1, d’étudier la nouvelle à travers ses rapports avec d’autres genres – qu’ils appartiennent au domaine du récit bref comme l’anecdote ou à d’autres domaines comme la prédication et l’historiographie –, autrement dit : à travers sa place dans le « système » des genres. Les études consacrées aux rapports que le Décaméron entretient avec l’hagiographie (et plus largement avec la littérature édifiante et religieuse), à la facetia et à sa théorie, ainsi qu’aux Apologues de Bernardo Ochino, rassemblées dans la deuxième section, constituent des premières explorations de ce domaine de recherche.

4Les études ici publiées ouvrent de nombreuses perspectives sur d’autres domaines annexes, comme l’évolution, pendant l’époque étudiée, des conceptions du récit et de l’histoire, ou encore les rapports entre nouvelle et épistolographie, pour ne citer que deux exemples. Le lecteur trouvera de nouvelles recherches explorant ces domaines, et d’autres, ainsi que les approfondissements des résultats provisoires publiés ici, dans un prochain numéro de nos « Cahiers ».

Haut de page

Notes

1 Hans Robert Jauss, « Littérature médiévale et théorie des genres », dans Poétique, I (1970), p. 79-101 ; Cesare Segre, « La novella e i generi letterari », dans La novella italiana, Atti del Convegno di Caprarola (19-24 settembre 1988), Rome, Salerno Editrice, 1989, vol. I, p. 47-57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johannes Bartuschat, « Avant-propos », Cahiers d’études italiennes, 6 | 2007, 5-6.

Référence électronique

Johannes Bartuschat, « Avant-propos », Cahiers d’études italiennes [En ligne], 6 | 2007, mis en ligne le 15 novembre 2008, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cei.revues.org/849

Haut de page

Auteur

Johannes Bartuschat

Université Stendhal-Grenoble 3

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ELLUG

Haut de page