Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Les échanges entre l’Italie et l’Orient vus d’Europe. Réécritures et traductions

De l’intérêt des marchands anglais pour les récits de voyageurs vénitiens vers les Indes occidentales à la fin du xvisiècle

Sull’interesse dei mercanti inglesi per le narrazioni dei viaggiatori italiani nelle Indie Orientali alla fine del XVI secolo
Tatjana Silec-Plessis
p. 185-196

Résumés

On a tendance à oublier que l’Angleterre, cette ancienne grande puissance coloniale, a peiné au départ à se faire une place dans un monde dominé par les Espagnols et les Portugais à la grande époque des découvertes. En effet, pendant la Renaissance ses marchands furent largement tributaires des informations récoltées par leurs collègues étrangers, informations très difficiles à obtenir quand elles avaient trait à la navigation ou à la géographie des nouveaux territoires. D’où, dans leur quête de chemins menant vers la Chine ou l’Inde, leur recours à des textes plus anciens ou écrits par des voyageurs moins enclins au secret. Les récits des marchands vénitiens que sont Marco Polo, Nicolò de’ Conti ou Cesare Federici se placent dans cette catégorie et c’est d’eux qu’il sera question dans cet article, ou plutôt de leurs traductions. On s’attachera principalement à montrer comment les traducteurs ou compilateurs envisagent leur travail en s’intéressant aux frontispices et dédicaces de leurs ouvrages.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2017.

Aperçu du texte

Les deux dernières décennies du xvie siècle ainsi que le tout début du xviie siècle, ce qui correspond en gros à la deuxième partie du règne d’Élisabeth Ire, sont une époque charnière pour le royaume d’Angleterre, car à cette période tout se joua pour lui dans ce que l’on a coutume d’appeler en anglais the great age of discoveries : la grande époque des découvertes, découvertes qui furent surtout faites par d’autres puissances, du moins au début. Si l’Inde ne fut conquise par les Anglais que bien plus tard, c’est à ce moment-là qu’ils tournèrent véritablement leurs regards vers elle. Les livres qui s’intéressent à ce pan de l’histoire font la part belle aux corsaires, Sir Francis Drake en tête, et à leurs exploits face aux Espagnols. Dans ce contexte, le rôle joué par les Vénitiens et par leurs écrits de voyage dans les débuts de l’expansion commerciale anglaise en Inde au tournant du xviie siècle est discret en comparaison de la fascination des Anglais pour les deux superpuissances...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tatjana Silec-Plessis, « De l’intérêt des marchands anglais pour les récits de voyageurs vénitiens vers les Indes occidentales à la fin du xvisiècle », Cahiers d’études italiennes, 21 | 2015, 185-196.

Référence électronique

Tatjana Silec-Plessis, « De l’intérêt des marchands anglais pour les récits de voyageurs vénitiens vers les Indes occidentales à la fin du xvisiècle », Cahiers d’études italiennes [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 05 mai 2017, consulté le 01 juin 2016. URL : http://cei.revues.org/2748

Haut de page

Auteur

Tatjana Silec-Plessis

Université Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© ELLUG

Haut de page