Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Les savoirs orientaux et l’Italie

« Per arte nigromantica » : la magie orientale dans la nouvelle de messire Torello (Decameron X, 9)

«Per arte nigromantica»: la magia orientale nelle novella di Messer Torello (Decameron X, 9)
Émilie Zanone
p. 169-182

Résumés

Notre enquête se propose d’étudier la représentation de la nécromancie dans la nouvelle X, 9 du Decameron de Giovanni Boccaccio. Il s’agit de considérer les caractéristiques et les significations de cette pratique de matrice orientale grâce à laquelle messire Torello parcourt en une nuit la distance entre la cour du sultan Saladin à Alexandrie et Pavie, sa ville natale. Le vol spectaculaire a pour but déclaré de permettre au croisé d’empêcher les secondes noces de son épouse qui le croit mort. Mais il permet aussi à Torello de révéler à la cité qu’il n’est pas mort et de déclarer tout son amour à sa compagne. Le but poursuivi de notre étude est de montrer que la magie dans la nouvelle X, 9 est bien plus qu’un simple expédient narratif et que le choix de la nécromancie est porteur de sens dans la mesure où à l’époque médiévale, celle-ci peut être entendue sous deux acceptions. La première fait de la nécromancie un synonyme de magie et indique de manière générale un ensemble vaste de pratiques qui, grâce au concours du surnaturel, permettent à l’homme de réaliser des actions et d’accéder à des savoirs qui lui sont hors de portée avec ses seules capacités humaines. La seconde fait de la nécromancie une pratique divinatoire par laquelle les morts quittent l’outre-tombe pour révéler aux vivants une vérité. Notre enquête permet enfin d’étudier les rapports entre la fiction et la réalité dans un genre profondément marqué par le réalisme, comme celui de la nouvelle.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2017.

Aperçu du texte

Dans la dernière Journée du Decameron qui clôt les dix jours durant lesquels les jeunes gens qui composent la lieta brigata se sont raconté tour à tour des nouvelles, Pamphile, le devisant roi, rappelle l’histoire d’amitié entre le sultan Saladin et messire Torello, un marchand de Pavie. Dans la deuxième partie de la nouvelle, Torello se trouve à la cour de Saladin après avoir quitté la cité lombarde pour participer aux croisades. Il a été fait prisonnier par les troupes musulmanes puis libéré et invité par le sultan qui a reconnu en lui, le marchand qui lui avait si courtoisement offert l’hospitalité lors de son expédition incognito en Occident. Messire Torello coule depuis sa libération des jours heureux au palais royal. Mais, sa quiétude est obscurcie par la nouvelle que le navire sur lequel se trouvait le marchand à qui il avait confié une lettre pour rassurer les siens de son sort a sombré et par le terme proche de l’échéance qu’il avait donnée à son épouse pour se remarier. Le...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Zanone, « « Per arte nigromantica » : la magie orientale dans la nouvelle de messire Torello (Decameron X, 9) », Cahiers d’études italiennes, 21 | 2015, 169-182.

Référence électronique

Émilie Zanone, « « Per arte nigromantica » : la magie orientale dans la nouvelle de messire Torello (Decameron X, 9) », Cahiers d’études italiennes [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 05 mai 2017, consulté le 01 octobre 2016. URL : http://cei.revues.org/2738 ; DOI : 10.4000/cei.2738

Haut de page

Droits d’auteur

© ELLUG

Haut de page