Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Les savoirs orientaux et l’Italie

Exercices amusants pour entraîner l’esprit : les énigmes byzantines en Italie (xiiie-xve siècles)

Esercizi divertenti per allenare la mente: gli enigmi bizantini in Italia (secoli XIII-XV)
Simone Beta
p. 149-167

Résumés

La première édition de l’Anthologie de Planude, éditée par Janus Lascaris et publiée à Florence en 1494, fit connaître aux humanistes italiens le genre de l’épigramme. Mais avant de lire l’autre grand recueil d’épigrammes anciennes, l’Anthologie Palatine, l’Europe dut attendre le début du xixe siècle. Grâce à l’édition de cette anthologie se diffusa la connaissance d’autres genres poétiques tels que les devinettes, qui n’étaient pas présentes dans l’Anthologie de Planude.

Mais des énigmes grecques en vers étaient déjà arrivées en Italie, même ceux qui les avaient lues étaient peu nombreux, car elles étaient reléguées d’habitude dans les dernières pages des manuscrits qui avaient été achetés pour d’autres raisons (généralement, parce qu’ils contenaient des œuvres bien plus intéressantes). Certaines sections contiennent des énigmes attribuées à Michel Psellos dans des livres qui ont été écrits entre le xiiie et le xive siècle et qui sont maintenant conservés soit dans les plus grandes bibliothèques d’Europe (la Bibliothèque vaticane, la Marciana, la Laurenziana, la Bibliothèque nationale de France), soit dans d’autres moins connues.

Parmi tous les manuscrits contenant des devinettes grecques, le plus célèbre est peut-être le Palatinus Graecus 116, un livre qui est très connu, car nous savons qui l’a amené en Europe, et quand : l’humaniste véronais Guarino Guarini l’acheta à Byzance en 1406, attiré par la présence de la triade byzantine des comédies d’Aristophane (le Plutus, les Nuées et les Grenouilles).

Cet article se propose d’analyser et de décrire la petite section réservée aux énigmes, et souligne l’importance des manuscrits mêmes pour la réalisation des échanges culturels entre l’Orient et l’Italie.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2017.

Aperçu du texte

Le rôle joué par les manuscrits grecs dans les échanges culturels entre l’Orient grec et l’Occident latin est bien connu : depuis les pages assez concentrées mais aussi très éclairantes que Remigio Sabbadini a consacrées à la découverte des classiques grecs et à leurs voyages aventureux en Italie d’abord et, de là, dans les autres pays d’Europe, le sujet a été traité par bien des chercheurs, lesquels ont su tracer les singuliers parcours des livres qui ont permis aux savants européens de lire et de connaître les chefs-d’œuvre de la production littéraire des Grecs. On a donc pu mesurer l’importance des précieuses acquisitions qu’on doit à Guarino Guarini, à Francesco Filelfo, à Giovanni Aurispa et aux autres humanistes italiens qui ont fait la navette entre Constantinople et Florence pendant les années ayant précédé la chute de la capitale de l’Empire byzantin aux mains des Turcs ; on a pu également apprécier les conseils et les renseignements donnés par les Grecs aussi, tels que Man...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simone Beta, « Exercices amusants pour entraîner l’esprit : les énigmes byzantines en Italie (xiiie-xve siècles) », Cahiers d’études italiennes, 21 | 2015, 149-167.

Référence électronique

Simone Beta, « Exercices amusants pour entraîner l’esprit : les énigmes byzantines en Italie (xiiie-xve siècles) », Cahiers d’études italiennes [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 05 mai 2017, consulté le 31 juillet 2016. URL : http://cei.revues.org/2724 ; DOI : 10.4000/cei.2724

Haut de page

Auteur

Simone Beta

Université de Sienne

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ELLUG

Haut de page