Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

Les savoirs orientaux et l’Italie

L’« orientalisme » dans la Legenda aurea de Jacques de Voragine

L’«orientalismo» nella Legenda aurea di Iacopo da Varazze
Filippo Fonio
p. 121-147

Résumés

Cette contribution vise à proposer une catégorisation des motifs de la Legenda aurea sur la base d’une adaptation de la « grille orientaliste » d’Edward Said. L’on montre notamment que le légendier dominicain est caractérisé par une attention à l’Orient très peu considérée par la critique jusqu’à présent. Dans la deuxième partie de l’article sont illustrées quelques-unes des catégories orientalistes repérées et leur possible genèse discutée : l’Orient comme terre d’évangélisation et les cultes païens préexistants, les objets orientaux dans la Legenda aurea, le bestiaire, l’Orient comme terre d’aventures, de guerre et de pèlerinage, les aspects socioculturels de l’Orient. En conclusion de cette étude l’on montre quelques cas de probable omission ou effacement de l’Orient de la part de l’hagiographe.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2017.

Plan

Avant-propos
Entrée en matière
La Legenda aurea, texte fondateur de l’hagiographie occidentale. La constitution du recueil et un aperçu de sa fortune
L’orientalisme dans la Legenda aurea : état de la question
Proposition d’une grille orientaliste pour l’analyse de la Legenda aurea
Actions évangélisatrices des saints en Orient et cultes païens orientaux
Objets orientaux
Bestiaire oriental
Aventures, guerres, pèlerinages en Orient
Société et culture de l’Orient
Conclusions

Aperçu du texte

Avant-propos

La Legenda aurea de Jacques de Voragine, en tant que recueil hagiographique latin qui a connu la plus large diffusion en Europe au Moyen Âge, a été le principal véhicule de diffusion des vies de saints, y compris orientaux, auprès de l’Église d’Occident. Le succès du légendier de Jacques a été tel que les innombrables lectures et réemplois du recueil ont créé un canon européen de saints orientaux. De l’apôtre Jacques aux sept dormants, de sainte Pélagie à saint Siméon stylite, de saint Blaise aux saints frères Jules et Julien et à Barlaam et Josaphat, certaines légendes de ces saints ont pu connaître parfois une immense fortune occidentale.

Cette translatio de vies orientales a en même temps signifié un passage en Occident d’histoires orientales, de contes traditionnels d’Orient qui ont été souvent transposés directement de recueils comme Les Mille et Une Nuits à l’histoire (para-)sacrée, sans que l’atmosphère féerique des versions originales fasse l’objet d’une adaptatio...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Filippo Fonio, « L’« orientalisme » dans la Legenda aurea de Jacques de Voragine », Cahiers d’études italiennes, 21 | 2015, 121-147.

Référence électronique

Filippo Fonio, « L’« orientalisme » dans la Legenda aurea de Jacques de Voragine », Cahiers d’études italiennes [En ligne], 21 | 2015, mis en ligne le 05 mai 2017, consulté le 27 juin 2016. URL : http://cei.revues.org/2713

Haut de page

Auteur

Filippo Fonio

Université Grenoble Alpes

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ELLUG

Haut de page