Navigation – Plan du site

Éditions littéraires et linguistiques de l'université de Grenoble

La notion de tragique : tentatives de définition

« Fidélité ». Remarques sur l’exemplum tragique dans le Volgarizzamento del libro de’ costumi e degli offizii de’ nobili sopra il giuoco degli scacchi di frate Iacopo da Cessole (xive siècle)

«Fedeltà». Note sull’exemplum tragico nel Volgarizzamento del libro de’ costumi e degli offizii de’ nobili sopra il giuoco degli scacchi di frate Iacopo da Cessole (XIV secolo)
Alessandra Stazzone
p. 13-27

Résumés

Cette contribution porte sur l’étude d’une casuistique de règles d’utilisation de l’histoire tragique à des fins pédagogiques à partir d’un corpus d’exempla tirés du Volgarizzamento del libro de’ costumi e degli offizii de’ nobili sopra il giuoco degli scacchi di frate Iacopo da Cessole, chargés de présenter auprès d’un vaste auditoire les dangers de la rupture du lien social. L’analyse est resserrée autour des exempla « tragiques », dont la fonction traditionnellement pédagogique et la force rhétorique sont mises au service du projet plus vaste de l’établissement d’une stratégie d’harmonie sociale. Dans le corpus choisi, le concept de fede revêt la double acception de foi chrétienne et de comportement d’une personne digne de confiance aux yeux de la communauté sociale, dont l’activité s’appuie sur un réseau d’alliances de citoyens associés par une confiance mutuelle et fondé sur des réseaux familiaux, religieux mais surtout publics. L’article analyse plus particulièrement les sanctions sociales liées à la rupture de la fides ; l’analyse d’exempla de fidélité politique permet d’établir des constantes dans ce domaine ; l’analyse sera complétée par l’étude du rapport entre fidélité et vérité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir sur ce point J.-M. Mehl, « L’exemplum chez Jacques de Cessoles », dans Le Moyen Âge, 2, 1978, (...)
  • 2 Toutes nos citations sont tirées de l’édition établie par Pietro Marocco, Volgarizzamento del libro (...)
  • 3 Sur les différentes traductions et compilations du texte original du Ludus scacchorum, voir D. O’Su (...)
  • 4 Sans nous arrêter en détail sur chacune des traductions, rappelons simplement qu’elles sont adaptée (...)
  • 5 Jean-Michel Mehl souligne également l’importance du support pédagogique représenté par l’échiquier (...)
  • 6 Voir sur ce point A. Boureau, « Le prêcheur et les marchands. Ordre divin et désordres du siècle da (...)

1L’objectif de cette contribution est d’étudier une casuistique de règles d’utilisation de l’histoire tragique à des fins pédagogiques à partir d’un corpus d’exempla chargés de promouvoir auprès d’un vaste auditoire les dangers de la rupture du lien social. Nous nous appuierons sur la traduction toscane anonyme du Liber de Moribus hominum super ludos scacchorum. Rédigé en latin par Jacques de Cessoles autour de 1275 et traduit en toscan vers 1300, le Liber de Moribus se propose d’établir, par le biais la métaphore échiquéenne, les règles du lien social sur lesquelles devrait reposer une cité idéale ; le jeu d’échecs décrit une société idéale et idéalisée et où le mouvement des pièces sur l’échiquier représente les relations que ses membres doivent entretenir. Le Liber de Moribus constitue un formidable arsenal d’exempla — environ 141, positifs ou négatifs1 — conservés et transposés dans la plupart des versions traduites, y compris dans la version rédigée par un auteur toscan anonyme autour de 1300 et intitulée Volgarizzamento del libro de’ costumi e degli offizii de’ nobili sopra il giuoco degli scacchi di frate Iacopo da Cessole2, à partir de laquelle sera menée notre étude. La traduction toscane s’inscrit dans le travail de traduction du traité qui témoigne du succès de l’œuvre pendant un siècle environ3 et qui explique à la fois son ample diffusion géographique et le nombre élevé de ses traductions dans d’autres langues4 ; par ailleurs, ce succès tiendrait précisément au nombre élevé d’exempla qu’il contient5. Extraite du contexte politique spécifiquement génois, auquel appartenait Cessoles, et adaptée à un milieu toscan, la métaphore politique et sa stratégie édifiante acquièrent dans cette version un relief particulier qui justifie qu’on lui accorde une place à part et qui nous permet de former un corpus d’occurrences étonnamment riche d’utilisation de l’histoire tragique à des fins politiques. Il est donc particulièrement intéressant de resserrer notre analyse autour des exempla « tragiques », dont la fonction traditionnellement pédagogique et la force rhétorique sont mises au service du projet plus vaste de l’établissement d’une stratégie d’harmonie sociale. L’on ne peut pas faire l’économie de préciser que l’utilisation de ces histoires tragiques est avant tout le produit d’un contexte politique particulièrement tourmenté. C’est sans aucun doute le cas de Gênes pendant le xiiie siècle, véritable laboratoire politique, pour reprendre l’expression d’Alain Boureau6.

  • 7 Sur l’élection de Guglielmo Boccanegra au capitanat du peuple, voir G. Caro, « Genova e la supremaz (...)
  • 8 Annali genovesi di Caffaro e de’ suoi continuatori, nuova edizione a cura di Luigi Tommaso Belgrano (...)
  • 9 Voir G. Caro, « Genova e la supremazia… », art. cité, p. 19 : « I veri motivi del movimento hanno r (...)
  • 10 Signé le 13 mars 1261 par les ambassadeurs génois, le traité ne sera ratifié que le 10 juillet de l (...)
  • 11 Pour le texte du traité, voir l’édition diplomatique établie par C. Manfroni, dans Atti della Socie (...)
  • 12 Voir à cet égard J. Adams, Power Play. The Literature and Politics of Chess in the Late Middle Age, (...)
  • 13 Selon J. Adams : « […] at the end of treaty of Nymphaeum, a trade agreement made with Byzantines in (...)
  • 14 Sur le capitanat de Guglielmo Boccanegra, voir G. Petti Balbi, Governare la città…, ouvr. cité, p.  (...)
  • 15 Par exemple la Chronique de Gênes de Jacques de Voragine, écrite à la fin du xive siècle.

2Intéressons-nous tout d’abord à l’année 1257, qui a fait date dans l’histoire de Gênes ; au cri ad arma, ad arma, fiat populus7, Guglielmo Boccanegra, muni du soutien des couches populaires de la ville, notamment des guildes d’artisans auquel s’ajoute celui de la noblesse de part gibeline, est élu par acclamation Capitaine du Peuple8. Conformément à un mouvement observable à la même époque également dans d’autres villes italiennes, après une période de désordre politique et de corruption, les guildes d’artisans aspiraient ardemment à une reconnaissance juridique de leur statut, mieux adapté à une protection efficace de leurs intérêts et de leur dignité9. Au cours de son capitanat, Boccanegra sera occupé par le renforcement des échanges commerciaux entre Gênes et l’Orient, dont fait partie la signature du traité commercial de Nymphée10. En dehors des retombées économiques de cet accord offensif visant à réduire l’influence vénitienne en Orient, ce qu’il importe ici de souligner, c’est plutôt la liste des signataires du traité. Cette longue énumération de noms accompagnés d’un qualificatif professionnel comprend les consuls des guildes de la ville, qui par la formule bona fide sine fraude s’engagent à en respecter les termes, sur une base de fidélité et de loyauté11. Selon l’hypothèse formulée par Jenny Adams12, le traité de Nymphée aurait exercé une influence marquante sur la structure du Liber de Moribus. La société idéale y est représentée sous la forme de deux rangées de pièces, dont la première est consacrée aux pièces nobles représentant l’autorité royale, la seconde aux pions, symbole des différentes catégories socioprofessionnelles actives dans cette société ; la liste de ces professions — un tavernier, un apothicaire, un marchand de tissus, un laneur, un teinturier, un boucher, un coutelier et un forgeron — décalquerait de près celle des signataires du traité de Nymphée13. Il est en revanche moins important de s’attarder ici sur le sort de Boccanegra — destitué en 1262 par une révolte de la noblesse de part guelfe14 après la signature du traité — que sur l’état politique de la ville, replongée, à ce moment-là, dans une situation de tension et de corruption dont les chroniques de l’époque fournissent d’amples témoignages15. La fin brutale du capitanat de Guglielmo Boccanegra laisse à nouveau la place au pouvoir de la noblesse, classe sociale à laquelle s’adressent aussi bien le Ludus que sa traduction toscane.

  • 16 C’est ainsi que le définit J. Berlioz dans « Le récit efficace : l’exemplum au service de la prédic (...)

3Le Volgarizzamento présente à grand renfort d’exempla, nous l’avons dit, un modèle idéal des liens sociaux qui doivent unir l’ensemble de la société, fondés sur l’interdépendance de toutes les pièces de l’échiquier, autant les nobles, que — surtout — les classes populaires. D’une manière générale, conformément à l’objectif du genre de l’exemplum, les différentes histoires utilisées dans le traité ont l’objectif de susciter un changement de comportement en conduisant à la vertu et en éloignant le mal16 ; l’histoire à l’issue macabre ou véritablement tragique se révèle particulièrement efficace pour aboutir à la persuasion de l’auditoire dont elle sollicite à la fois la mémoire et l’émotion. Mais dans le cas du Volgarizzamento, il convient avant tout de s’attarder sur la « recette » de l’harmonie sociale telle qu’elle est présentée dans le traité, fondée sur une application stricte de la fidélité et la loyauté à toutes les classes sociales représentées sur l’échiquier. Ainsi, dès le début de la section du traité consacrée aux pions et à leurs fonctions au sein de la société idéale, le ton est donné : les différentes classes populaires, interdépendantes au sein de l’échiquier social, ne peuvent agir et exister socialement et professionnellement que sur la base de la loyauté de chacun de ses membres, admonestation réitérée au chapitre suivant, où la répétition de la constellation sémantique fede / lealtà structure la description des normes de comportement recevables pour l’activité des forgerons :

  • 17 « De’ lavoratori della terra », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. cité, III, 1, p. (...)

Leale conviene che sia il lavoratore, […] però che così sono ordinate le arti, che neun basti a se medesima, ma raccomunando le sue cose agli altri, allora vale17.

  • 18 « Delle opere de’ fabbri », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. cité, III, 2, p. 72.

In tutti costoro dee avere fede; che sieno leali, avveduti e forti. Dico prima che gli conviene essere leali per quante cose sono a loro commesse […]18.

Sur ces bases, peut-on définir le rôle attribué à l’histoire tragique à l’intérieur de cette stratégie de construction d’une société fondée sur la fidélité et la loyauté mutuelles de ses membres ?

  • 19 G. Todeschini, « Fiducia e potere: la cittadinanza difficile », dans P. Prodi (dir.), La fiducia se (...)
  • 20 R. Frigeni, « Assumere iam probatos, non probare iam assumptos. Dinamiche semantiche della fiducia (...)

4Précisons avant tout la signification que le terme fidélité acquiert dans le traité. L’on remarque assez facilement que, dans la société du Volgarizzamento, fede revêt la double acception de foi chrétienne et de comportement d’une personne digne de confiance aux yeux de la communauté sociale, dont l’activité s’appuie sur un réseau d’alliances de citoyens associés par une confiance mutuelle et fondé sur des réseaux familiaux, religieux mais surtout publics. Giacomo Todeschini a observé à cet égard que dans la société médiévale l’importance des réseaux familiaux et sociaux garantissent la fiabilité, donc la respectabilité de chaque individu19 ; ce procédé ne s’applique pas uniquement au milieu marchand, mais aussi à celui des conseillers du souverain20. Il est frappant de constater la récurrence, dans le traité, des exempla axés sur la question de la fidélité, chacun présenté selon une progression établie sur le schéma habituel : description des circonstances de départ / mise à l’épreuve / mérite-démérite / récompense-sanction. Mais cette constatation quantitative et cette régularité structurelle ne suffisent pas à circonscrire le phénomène de l’exemplum tragique dans le Volgarizzamento, car elles ne permettent pas de définir d’emblée le rapport entre exemplum tragique et fidelité. Il conviendra également d’opérer une distinction entre d’une part des exempla ayant une conclusion tragique et d’autre part ceux qui présentent une issue plus macabre que tragique.

5Compte tenu du nombre élevé d’exempla à l’issue tragique liés à une rupture du pacte de fidélité envers la société, il sera plus productif de déterminer la nature et la typologie des sanctions sociales liées à la rupture de la fidélité, notamment les modalités liées à l’action de briser la parole donnée. L’analyse d’exempla de fidélité politique permettra d’établir des constantes dans ce domaine ; un certain nombre d’exempla étant construits autour du personnage du sage-martyr dévoilant une vérité au risque de sa vie, nous conclurons notre analyse par l’étude du rapport entre fidélité et vérité.

Rompere la fede

  • 21 Sur les modalités de la confession dans les exempla, voir J. Berlioz, « Les ordalies dans les exemp (...)
  • 22 Volgarizzamento, ouvr. cité, III, 4, p. 87.
  • 23 Ibid., III, 6, p. 105-106.

6Lorsque dans l’arsenal d’exempla proposés par le Volgarizzamento l’on s’intéresse à la question du manquement à la parole donnée, l’on est surtout confronté, d’un point de vue quantitatif, à deux types d’histoires : le premier type est lié à des questions relatives à la pratique d’une profession, le second met en scène la rupture d’un lien d’amitié ou de parenté. L’exemplum tragique intervient dans cette deuxième catégorie de récits exemplaires, alors que le manquement aux règles imposées par une déontologie professionnelle peut plutôt se traduire par une histoire à l’issue macabre ou surnaturelle. Ainsi, pour ne citer que deux occurrences de cette typologie, davantage liée à la confession publique d’un forfait21, les effets de l’avarice sont évoqués, dans la deuxième partie du traité, par un bref récit terrifiant. Une femme sans nom, très avare, meurt sans que son péché ne soit confessé et son corps est enterré ; cependant, au bout de trois jours, le cadavre pousse des cris afin que le péché soit dénoncé publiquement ; la sanction appliquée est celle de l’extraction du cadavre de la sépulture suivie d’un nouvel enfouissement dans du fumier22. L’on peut intégrer dans cette même catégorie d’histoires celle qui met en scène un pèlerin pendu injustement avec l’accusation de vol, dont le cadavre retrouve la parole et dénonce depuis le gibet le véritable coupable du forfait23.

  • 24 « De’ mercatanti e cambiatori », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. cité, III, 4, p (...)

7La rupture du lien d’amitié ou de parenté donne en revanche lieu à des récits plus complexes. Nous ne citerons ici à cet égard qu’un exemplum inséré dans le chapitre réservé au quatrième pion représentant le Marchand et les Changeurs et se proposant d’illustrer la cause et les conséquences du manquement au pacte de fidélité due aux amis. Précisons tout d’abord que ce bref récit, construit autour d’un contre-exemple, propose un comportement édifiant spécifiquement destiné à définir le comportement idéal des marchands, qui repose sur quatre points. Deux concernent le maniement de l’argent (éviter les dettes et rendre dans leur intégralité les sommes d’argent qui leur sont confiées par leurs clients), un seul est directement lié au péché d’avarice (fuir l’avarice), et enfin le dernier impose de ne pas briser la parole donnée24. L’avarice est envisagée comme la source d’un comportement bestial et inhumain :

  • 25 Ibid., III, 4, p. 88.

[…] Uno ch’ebbe nome Settenulo, […] essendo famigliare d’uno ch’avea nome Gracco, intanto s’infiammòe d’avarizia, che per alcuna quantità d’oro gli fue impromessa da uno ch’avea nome Spinatoso, non si vergognò a tagliare il capo del suo amico Gracco, e di portarla per la città fitta su uno palo. Ancora più, che la parte cavata del capo, acciò che fosse più pesante, sì l’empié di piombo colato, acciò che ricevesse la quantità dell’oro che gli era impromesso a quello peso25.

  • 26 Ibid., p. 88 : « Odiosa è questa avarizia di Settenulo, ma di quella di Tolomeo re di Cipri è bene (...)

8Dans le cas de cette brève histoire, l’avarice, responsable de la rupture de la fides due à un ami, est responsable de l’assassinat d’un innocent, description que le traducteur toscan construit autour d’une surenchère dans l’horreur. L’évocation de la somme d’argent promise contre ce forfait, présentée comme dérisoire (« una quantità ») par la tournure indéfinie, est suivie d’images de plus en plus effroyables : la décapitation exhibée publiquement, puis le détail macabre du plomb introduit dans le crâne de l’infortuné et la finalité de cette opération, destinée à augmenter ce gain illicite. Une scène doublement effroyable, celle de la décapitation d’un innocent et trahison des liens d’amitié, doit impressionner de manière durable l’auditoire et susciter une vive émotion. Le caractère tragique de cet exemplum est accentué par la juxtaposition avec l’historiette suivante, consacrée aux effets comiques de l’avarice du roi de Chypre26 que l’auteur qualifie de drôle, en opérant ainsi une distinction avec ce qui précède. Femme déterrée par l’évêque / pendu qui parle.

  • 27 « Dell’offizio e della forma de’ Cavalieri », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. ci (...)
  • 28 Ibid., p. 37 : « Fedeli debbono essere gli Cavalieri a’ loro Principi, onde quegli perde nome di Ca (...)

9Authentifié sur la foi d’une autorité livresque, un second exemplum, plus développé, est consacré à la rupture du lien fraternel et chargé d’en illustrer les conséquences néfastes. Le contexte dans lequel il est inséré est celui du chapitre sur le rôle social des chevaliers, dont le code d’honneur repose, en plus que sur la sagesse, sur la largesse, la force d’âme, la fidélité et le respect des lois27. La fidélité au Prince et aux autres chevaliers est par ailleurs partie intégrante de l’identité même du chevalier, qui constitue son nom ; principe théorisé au moyen de la métaphore de la pierre précieuse, sertie par le liant d’une foi inébranlable28. Il s’agit là d’une situation que l’auteur a voulu peu complexe afin de respecter la clarté nécessaire à la compréhension de l’exemplum ; l’un des deux frères — Maschetta — est fidèle, à la fois du point de vue religieux et social, l’autre — Gildone — ne l’est pas :

  • 29 « Dell’offizio e della forma de’ Cavalieri », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. ci (...)

Leggiamo nella storia di Roma d’uno Cavaliere ch’ebbe nome Maschetta, il quale fue di tanto senno e di tanta fede, che morto Teodogio Imperatore, mosse battaglia per la difensione della Repubblica contra suo fratello carnale che avea nome Gildone ; però che volea mettere a sua ragione Africa sanza parola del Sanato. E ’l detto Gildone avea morti due figliuoli di questo Maschetta, il quale era molto crudele contra’ Santi di Cristo. Onde il detto Maschetta savio, e conoscente quanto nelle cose disperate valesse l’orazione dell’uomo per la fede di Cristo, andonne all’isola Capraja e trassene fuori li santi uomini che vi trovò condannati a stare aterna fine; ivi ritta stette con loro continuo tre dì e tre notti in orazione […]29.

L’opposition représentée ici n’est pas uniquement de type religieux (fidélité au Christ / infidélité au Christ), mais également de type social et politique (fidélité ou infidélité à la République de Rome). L’auteur s’empresse de décrire l’issue de la situation ; l’apparition surnaturelle de saint Ambroise annonce la récompense de la fidélité de Maschetta, et l’exemplum se clôt par la description de la sanction appliquée à Gildone, l’infidèle, assassiné par strangulation :

E tre dì dinanzi che s’appressasse all’oste de’ nemici, vidde la notte Santo Ambrogio che gli appare, il quale era morto da poco tempo dinanzi, e dimostrolli il tempo e il luogo della vittoria ch’egli avrebbe. Poi ch’ebbe compiuti tre dì e tre notti in orazione e in laude, fatto già quasi sicuro della vittoria, andò con cinquemila solamente sopra a ottantamila de’ nemici, e per volontà di Dio, sanza battaglia n’ebbe la signoria; chè vedendo ciò, i Barbari cessarono di dare aiuto a Gildone vogliendo incontanente le reni; e Gildone si mise a fuggire e intròe in nave, e poi che fue tornato in Africa, pochi dì stette che fue strangolato e morìo. (Ibidem)

Ainsi, la double infidélité, religieuse et politique, est automatiquement sanctionnée par la mort. La conclusion tragique de cette histoire, dans laquelle la tournure impersonnelle fue strangolato ne désigne pas l’identité de l’assassin, suggère l’intervention d’une main invisible qui rétablit la justice en appliquant la sanction qui s’impose.

10Les exemples de rupture du lien familial, tout en mettant en scène le châtiment tragique d’une infidelité se focalisent peu sur le caractère tragique des personnages auquel ils préfèrent la description d’une issue tragique, mais ne campent pas des héros au destin tragique. Des réponses plus concluantes peuvent être obtenues par l’analyse des exempla de fidélité de type politique.

Fidélité politique

11Deux exempla parmi les plus développés du traité sont enchâssés dans le chapitre consacré à la Reine et ont pour objectif de démontrer l’importance de la chasteté qui, dans le cas de la Reine, symbolise également la fidélité au souverain et à son autorité. Les deux histoires sont intégrées dans un contexte résolument politique ; le premier tire son autorité de l’ouverture sur la citation de Paul Diacre — sans aucun doute digne de foi aux yeux de l’auteur, mais pas autant que saint Augustin, dont l’autorité authentifie le second. Les deux histoires illustrent deux situations opposées, la première peccamineuse, la seconde vertueuse. Dans le cas du premier exemplum, le procédé d’authentification du récit terrifiant qui va suivre, fondé sur la mise à sac d’une ville du Frioul, sur le massacre de ses habitants et sur la punition du responsable par le supplice du pal est indispensable — conformément au précepte d’Humbert de Romans de ne pas produire d’exempla incredibilia, qui perdraient toute efficacité — afin de garantir la vraisemblance d’un récit aussi violent. Ainsi, l’épisode s’ouvre-t-il directement par la citation de la source du récit. La thèse que l’auteur se propose de démontrer ici est celle des effets de la luxure sur l’ordre social :

  • 30 « Della forma e de’ costumi della Reina », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi, ouvr. cité, (...)

[…] Narra Paulo che scrive de’ Longobardi, che fue nel mercato di Giulio una Duchessa chiamata Rosinelda, la quale ebbe quattro figliuoli e due figliuole, la quale assediata da Cacano re degli Ungari, bellissimo del corpo fu presa d’amore di lui e mandolli a dire segretamente, che s’egli la volesse togliere per moglie, sì li darebbe il castello, et il re promise di farlo, fermando ciò con saramento. Allora fece aprire il castello, e gli Ungari se ne andarono iscorrendo, pigliando uomini e femmine. […] Et il re Cacano, volendo attendere la impromessa, si tolse per moglie la detta Rosinelda, et una sola notte giacque con lei, e l’altra la diede in mano di XII Ungari per vituperarla; e il terzo die fece ficcare uno palo di legno per la natura e rispicciare insino alla gola, così dicendo: a cotale moglie lussuriosa, che per concupiscenza di peccato carnale tradette la terra sua, si confà d’avere cotale marito30.

  • 31 Ibid. : « […] Le due figliuole di costei tolsono la carne del pollo e miserla sotto le mammelle lor (...)

12Le pacte infedele passé par Rosinelda et le roi des Hongrois aboutit au massacre des habitants de la ville après l’ouverture des portes. L’issue tragique de cet exemplum est alors décrite minutieusement : l’épisode effroyable du viol puis de l’empalement de la Duchesse est construit sur le modèle d’une sentence judiciaire dans laquelle est explicitement évoquée une sorte de contrapasso (à cotale moglie lussuriosa si confà cotale marito). La gravité de cette trahison politique est mise en exergue par la comparaison avec comportement vertueux des filles de la Duchesse qui, par un stratagème, parviennent à préserver leur virginité en dépit de l’assaut des ennemis, en mettant à distance le risque de tomber dans la luxure. Ce comportement vertueux est suivi d’une récompense de type social : l’auteur souligne que les deux deviennent Reines31. En revanche, la Duchesse est frappée d’un double châtiment : la mort pour sa trahison politique sera alors précédée du supplice infamant du pal, qui, lui, frappe plutôt la luxure. Si cet épisode provoque l’effroi de l’auditoire, il est bien évidemment conçu pour ne susciter aucune pitié pour la Duchesse.

  • 32 « Della forma e de’ costumi della reina », art. cité, p. 20 : « Narra Santo Austino nel libro della (...)

13L’exemplum de comportement positif concerne, quant à lui, un personnage issu de la haute noblesse romaine, présenté avec la caution explicite du De Civitate Dei de saint Augustin32. Ce passage relate le sacrifice suprême d’un personnage contre lequel le destin s’acharne malgré une situation initialement favorable, dont la prétendue culpabilité, issue du viol subi et par conséquent de la fidélité conjugale brisée, est lavée par le sang malgré son innocence. Les circonstances de départ sont favorables ; Lucrèce rentre dans un cercle tout à fait identifiable de fidelité, sur laquelle l’auteur insiste : issue d’une famille connue, à la réputation irréprochable.

Il figliuolo del Re Tarquinio Superbo, cioè Sesto, entrò ieri in casa mia sì come nemico in vece di forestiere; et a te Collatino sia conto che ’l letto tuo è vituperato per altro uomo; bene ti dico cotanto che ’l corpo è corrotto ma l’animo è sanza colpa: laonde io mi presciolgo dalla colpa, ma dalla pena non mi dilibero. […] Et acciò che neuno viva meno che castamente, all’esemplo di Lucrezia, se vole prendere esemplo della colpa, non sia negligente a prendere esemplo della pena. E però trasse fuori il coltello ch’ella tenea nascosto sotto il vestimento, e se’ medesima trapassò con esso e cadde morta. (Ibid., p. 21-22)

14L’argument utilisé par Sextus pour parvenir à ses fins est de ce fait celui de la diffamation et du colportage de rumeurs infamantes au sujet de Lucrèce, bien plus efficace que celle de la menace d’assassinat de son enfant. Le discours tragique de Lucrèce et son suicide exemplaire rentrent alors dans une entreprise de restitutio famae qui ont la fonction de racheter une vie exemplaire en rétablissant une réputation sociale. Enfin, le serment prêté sur le sang de Lucrèce devient l’emblème d’un pacte social élargi à l’ensemble de la société, car il provoque le soutien de la population de Rome nécessaire au rétablissement de la République après l’exil du tyran ; le bannissement de Tarquin et l’assassinat de Sextus, qui rétablit la justice. Lucrèce n’est donc pas uniquement un modèle de chasteté digne d’imitation, mais aussi de fidélité politique à sa famille, qui permet le maintien de sa bonne réputation, de fidélité à son époux, ainsi qu’à Brutus, dont le texte exhibe la fonction de proconsul de Rome. L’épisode de mise à l’épreuve, le viol, aboutit à une conclusion exemplaire puisque Lucrèce ne cède pas à la luxure. Le type de fidélité représenté ici n’est pas uniquement de type familial, même si la mort est choisie pour laver l’honneur individuel et familial, mais avant tout politique.

15Il convient de citer un dernier exemplum consacré à l’évocation d’un comportement politique exemplaire : exemplum encore une fois tiré de l’histoire antique et qui concerne Marco Regolo, transmis par l’autorité de Cicéron, la source étant par ailleurs scrupuleusement signalé (Nel libro delli offizii). Là aussi, engagement de type social, double témoin : Sénat et lecteurs :

  • 33 « Della forma de’ Rocchi, ciò sono vicarii del Re », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, o (...)

Intanto dee essere vigorosa la giustizia ne’ vicarii del Re ch’abbiano in ogni modo rangola di salvare la Repubblica, e più amino l’utilitade della Repubblica che la propria vita. Di ciò abbiamo esemplo di Marco Regolo, del quale parla Tullio nel libro degli offizii, che poi ch’egli ebbe combattuto cogli Cartaginesi in battaglia di navi, e rotto da loro ne fu menato in prigione, gli Cartaginesi sì ’l mandaro a Roma sotto saramento di ritornare, per fare cambio di prigioni. […] Onde Marco Regolo vegnendo a Roma entroe nel Sanato e propuose la domanda de’ Cartaginesi, e ’l Sanato rispuose: che consiglio sarebbe il tuo sopra questo fatto? E Marco Regolo disse: io niego che sia utile a’ Romani adempiere quello che i Cartaginesi adomandano, però che li pregioni che li hanno de’ Romani sono giovani e non savi di battaglia, o sono molto vecchi, tra i quali io sono uno: ma i Cartaginesi che voi avete in pregione so che sono forti uomini e savi, e buoni Capitani. E non vogliendo egli essere ricevuto da’ parenti e dagli amici, maggiormente volle ritornare a’ nemici che falsare la fede data al nemico, sappiendo bene ch’egli andava a crudelissimo nemico et a nuovi tormenti33.

Ce héros tragique au sacrifice exemplaire évite le parjure et le déshonneur pour Rome. On peut constater que les exempla, respectant les canons de la tragédie classique, mettent en scène des souverains, des nobles ou des héros au destin tragique et fatal. Toutefois une troisième catégorie d’exempla peut fournir quelques indications précieuses pour notre tentative de définition d’une modalité de l’histoire exemplaire tragique et nous permettre de confirmer une telle lecture.

Eleggere la morte anziché la fama : « Fidélité, vérité, martyre »

  • 34 « Della cagione del trovamento di questo giuoco », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, ouv (...)
  • 35 « Del trovatore del giuoco degli scacchi », dansVolgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. cité, (...)

16Aussi bien selon Cessoles que selon son traducteur toscan, le jeu d’échecs lui-même est le fruit d’une infidélité à l’issue tragique. Le début du traité est placé sous le signe d’une double infidélité qui brise à la fois le lien familial et constitue un crime de lèse-majesté : le fils du roi Nabuchodonosor, Evilmoderag, fait assassiner son père et découper son cadavre en 300 morceaux donnés en pâture à 300 corbeaux34. Selon l’auteur du Volgarizzamento, le jeu d’échecs est, dans ce contexte d’infidélité familiale et sociale, un support pédagogique destiné à corriger les mœurs abjectes du souverain parricide en lui montrant les règles de la vie en société. Le jeu et ses règles sont conçus par Xersès, philosophe à la crédibilité attestée par l’auteur sur le critère de sa renommée auprès des Chaldéens et des Grecs, qui se charge de cet apprentissage en bravant la mort35 :

Fue uomo di tanta iustizia che maggiormente elesse di morire che di finire sua vita seguitando infignimento in dilicanze reali, disprezzata la iustizia. Ché vedendo il filosofo la vita abominevole del Re, e non essendo ardito di riprenderlo per la crudeltà che gli avea dimostrata in fare morire gli uomini savi, a priego del popolo, non curando sua vita, si mise in pericolo di morire vogliendo maggiormente per la iustizia finire sua vita che menarla piccolo tempo infamata di sozzi costumi. (Ibid., p. 4)

17La fidélité à la vérité est étroitement liée à l’harmonie de la société toute entière, car dans l’intérêt du peuple, ce que le chapitre conclusif du traité réitère :

  • 36 « Dell’abbreviamento di tutta l’opera », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. cité, I (...)

Conciofossecosaché questo Re fosse reo e spietato, e non potesse patire le correzioni, ma i correttori uccidesse, e molti ne avea già morti di savissimi uomini; il popolo che molto si contristava della mala vita del Re, pregarono il detto filosafo che riprendeva il Re della vita che menava. Et allegando il filosafo al popolo, che la morte gli sopravenìa s’egli il facesse, il popolo disse: Certo dovresti anzi eleggere la morte che la fama voli fra il popolo che la vita del Re sia abbominevole […]36.

18Une catégorie d’exempla tragiques située au début et à la fin du traité est construite sur le modèle du sage ou du philosophe acceptant de se sacrifier pour corriger les mœurs abjectes d’un souverain en faisant ainsi triompher la vérité. À cet égard, deux exempla sont quasiment juxtaposés dans le texte, car ils devaient probablement être conçus comme le renforcement pédagogique l’un de l’autre. Le premier est construit autour de Théodore de Cyrène (le « type » du précepteur), représenté ici comme un héros innocent qui meurt par la main du tyran dont il veut corriger les mœurs infidèles :

Siccome dice Valerio Massimo, d’uno ch’ebbe nome Teodoro Cireneo, il quale fu confitto in croce perché gli era stato ardito di riprendere il re Lisimaco per le sue malvagie et ingiuste opere; il quale stando impeso al tormento, […] volle dire che poco curava di quella morte, purch’egli morisse innocentemente e per la iustizia. (Ibid., p. 4)

19Le sage n’est pas récompensé de son comportement juste puisqu’il est puni injustement ; cependant, le supplice n’est pas décrit, puisque ce qui compte c’est de faire passer le message selon lequel le comportement juste doit être maintenu au prix du sacrifice de sa vie. Le deuxième exemplum concerne en revanche Socrate, qui préfère mourir en tant que fidèle plutôt qu’en tant qu’infidèle :

E di Socrate leggiamo anche, che andando alla morte, e la moglie dopo di lui piangendo e dicendo, che sanza colpa era condannato, al che le rispuose e disse: Taci femmina; pensa che meglio m’è morire innocente che morire per colpa. (Ibid.)

20Peut-on établir des règles d’utilisation de l’histoire tragique dans le Volgarizzamento ? Il convient tout d’abord d’observer que dans les exempla du Volgarizzamento n’est pas héros tragique qui veut. Les exempla respectant les canons de la tragédie classique mettent en scène des souverains, des nobles ou des héros au destin tragique et fatal, issus systématiquement de l’Antiquité et de l’histoire de Rome. Ces catégories d’histoires sont complétées par celle du héros martyr qui sacrifie sa vie pour faire triompher la vérité et l’harmonie sociale et campent ainsi le personnage de type chrétien même si issu de l’histoire antique ; dans ce cas, on a plutôt le sentiment que l’auteur s’évertue à proposer à ses lecteurs des exempla incitant à éviter une forme bien précise de péché de la langue, la taciturnité (taire ce qui doit être dit pour le bien de la société), autour duquel se concentre entre autres la prédication dominicaine à partir de l’instauration de la confession annuelle pour tous les fidèles (1215). En revanche, l’histoire à l’issue macabre — morts soudaines, défunts extraits de leur sépulture et recouvrant la parole pour délivrer une admonestation aux vivants — a plutôt la fonction d’illustrer le comportement peccamineux de personnages anonymes, en assurant ainsi un renforcement pédagogique efficace à l’incitation à l’harmonie sociale.

Haut de page

Bibliographie

Adams Jenny, Power Play. The Literature and Politics of Chess in the Late Middle Age, University of Pennsylvania Press, 2006.

Annali genovesi di Caffaro e de’ suoi continuatori, nuova edizione a cura di Luigi Tommaso Belgrano e di Cesare Imperiale, Rome, FISI, 1890-1920.

Berlioz Jacques, « Le récit efficace : l’exemplum au service de la prédication (xiiie-xve siècle) », dans Rhétorique et Histoire. L’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval, Rome, École française de Rome, 1980, p. 117.

—, « Les ordalies dans les exempla de la confession (xiiie-xive siècles) », dans L’aveu. Antiquité et Moyen Âge, Rome, Publications de l’École française de Rome, 1986, p. 315-340.

Boureau Alain, « Le prêcheur et les marchands. Ordre divin et désordres du siècle dans la Chronique de Gênes de Jacques de Voragine », Médiévales, vol. 2, no 4, 1983, p. 103.

Caro Georg, « Genova e la supremazia sul Mediterraneo (1257-1311) », dans Atti della Società Ligure di Storia Patria, nuova serie, XIV-XV, t. 1, 1974-1975, p. 17.

Cessole Iacopo da, Volgarizzamento del libro de’ Costumi e degli Offizii de’ nobili sopra il giuoco degli scacchi di Frate Iacopo da Cessole, tratto nuovamente da un codice Magliabechiano, edizione a cura di Pietro Marocco, Milan, Ferrario, 1829.

Forcheri Giovanni, « La societas populi nelle costituzioni genovesi del 1363 e del 1413 », dans Ricerche d’archivio e studi storici in onore di G. Costamagna, Rome, Centro di Ricerca, 1974, p. 62.

Lisciandrelli Pietro, « Trattati e negoziazioni politiche della Repubblica di Genova (958-1797). Regesti, con prefazione di G. Costamagna », dans Atti della Società Ligure di Storia Patria, nuova serie, I, 1960, p. 75.

Manfroni Camillo, « Le relazioni fra Genova, l’Impero bizantino e i Turchi », Società Ligure di Storia Patria, no XXVIII, 1896, p. 647-666.

Mehl Jean-Michel, « L’exemplum chez Jacques de Cessoles », dans Le Moyen Âge, 2, 1978, p. 227 et suiv.

O’Sullivan Daniel, Chess in the Middle Ages and Early Modern Age: A Fundamental though Paradigm of the Premodern World, Berlin-Boston, De Gruyter, 2012.

Otten-Froux Catherine, « Deux consuls Grecs à Gênes à la fin du xive siècle », Revue des Études byzantines, no 50, 1992, p. 241-248.

Petti Balbi Giovanna, Governare la città. Pratiche sociali e linguaggi politici a Genova in età medievale, Florence, Firenze University Press, 2007, p. 102.

Prodi Paolo (dir.), La fiducia secondo i linguaggi del potere, Bologne, Il Mulino, 2007.

Todeschini Giacomo, Ricchezza francescana. Dalla povertà volontaria alla società di mercato, Bologne, Il Mulino, 2004.

Haut de page

Notes

1 Voir sur ce point J.-M. Mehl, « L’exemplum chez Jacques de Cessoles », dans Le Moyen Âge, 2, 1978, p. 227 et suiv.

2 Toutes nos citations sont tirées de l’édition établie par Pietro Marocco, Volgarizzamento del libro de’ Costumi e degli Offizii de’ nobilisopra il giuoco degli scacchi di Frate Iacopo da Cessole, tratto nuovamente da un codice Magliabechiano, Milan, Ferrario, 1829.

3 Sur les différentes traductions et compilations du texte original du Ludus scacchorum, voir D. O’Sullivan, Chess in the Middle Ages and Early Modern Age: A Foundamental though Paradigm of the Premodern World, Berlin-Boston, De Gruyter, 2012.

4 Sans nous arrêter en détail sur chacune des traductions, rappelons simplement qu’elles sont adaptées à la réalité sociale et politique de la société dans laquelle elles sont produites.

5 Jean-Michel Mehl souligne également l’importance du support pédagogique représenté par l’échiquier « L’exemplum chez Jacques de Cessoles », art. cité, p. 227.

6 Voir sur ce point A. Boureau, « Le prêcheur et les marchands. Ordre divin et désordres du siècle dans la Chronique de Gênes de Jacques de Voragine », Médiévales, vol. 2, no 4, 1983, p. 103.

7 Sur l’élection de Guglielmo Boccanegra au capitanat du peuple, voir G. Caro, « Genova e la supremazia sul Mediterraneo (1257-1311) », dans Atti della Società Ligure di Storia Patria, nuova serie, XIV-XV, t. 1, 1974-1975, p. 17. Sur les enjeux politiques et juridiques de la formule fiat populus prononcée lors de l’élection de Guglielmo Boccanegra, voir G. Forcheri, « La societas populi nelle costituzioni genovesi del 1363 e del 1413 », dans Ricerche d’archivio e studi storici in onore di G. Costamagna, Rome, Centro di Ricerca, 1974, p. 62.

8 Annali genovesi di Caffaro e de’ suoi continuatori, nuova edizione a cura di Luigi Tommaso Belgrano e di Cesare Imperiale, Rome, FISI, 1890-1920.

9 Voir G. Caro, « Genova e la supremazia… », art. cité, p. 19 : « I veri motivi del movimento hanno radice più profonda. In parecchie città italiane si manifestano in questi tempi simili tendenze nelle classi inferiori. Di fronte alla nobiltà, la cui forza è fondata sui rapporti reciproci di famiglie, esse vogliono acquistare una posizione più indipendente, dandosi una solida organizzazione », ainsi que G. Petti Balbi, Governare la città. Pratiche sociali e linguaggi politici a Genova in età medievale, Florence, Firenze University Press, 2007, p. 102.

10 Signé le 13 mars 1261 par les ambassadeurs génois, le traité ne sera ratifié que le 10 juillet de la même année. La suite des événements est bien connue. Les termes de l’accord contenant une stratégie délibérément offensive aux dépens des intérêts commerciaux de Venise, le pape Urbain IV exigera la prestation de serment de fidélité des ambassadeurs génois ainsi que la rupture d’un traité conclu avec un ennemi de la foi ; face au refus de Lanfranco Carmadino et Ugo Fieschi de se soumettre à cette prestation de serment, il frappe l’accord d’excommunication. Pour une vue d’ensemble des conditions du traité ratifié le 10 juillet 1261, voir C. Manfroni, « Le relazioni fra Genova, l’Impero bizantino e i Turchi », Società Ligure di Storia Patria, no XXVIII, 1896, p. 647-666 ; P. Lisciandrelli, « Trattati e negoziazioni politiche della Repubblica di Genova (958-1797). Regesti, con prefazione di G. Costamagna », dans Atti della Società Ligure di Storia Patria, nuova serie, I, 1960, p. 75 ; C. Otten-Froux, « Deux consuls Grecs à Gênes à la fin du xive siècle », Revue des Études byzantines, no 50, 1992, p. 241-248.

11 Pour le texte du traité, voir l’édition diplomatique établie par C. Manfroni, dans Atti della Società Ligure di Storia Patria, no XXVIII, ouvr. cité, p. 791-809.

12 Voir à cet égard J. Adams, Power Play. The Literature and Politics of Chess in the Late Middle Age, University of Pennsylvania Press, 2006, et plus particulièrement le chapitre i, « (Re)moving the King: Ideals of Civic Order in Jacobus’ de Cessolis Liber de Ludo Scachorum », p. 15-56.

13 Selon J. Adams : « […] at the end of treaty of Nymphaeum, a trade agreement made with Byzantines in 1261, a variety of Genoese groups swore to uphold the accord, each signing his name and listing his trade. This diverse list included an innkeeper, a spicer, a draper, a dyer, a butcher, a barber, a cutler and a smith, a list remarkably similar to the trades that Jacobus assigns to his eight pawns. » (p. 24)

14 Sur le capitanat de Guglielmo Boccanegra, voir G. Petti Balbi, Governare la città…, ouvr. cité, p. 102.

15 Par exemple la Chronique de Gênes de Jacques de Voragine, écrite à la fin du xive siècle.

16 C’est ainsi que le définit J. Berlioz dans « Le récit efficace : l’exemplum au service de la prédication (xiiie-xve siècle », dans l’ouvrage collectif Rhétorique et Histoire. L’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval, Rome, École française de Rome, 1980, p. 117.

17 « De’ lavoratori della terra », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. cité, III, 1, p. 67.

18 « Delle opere de’ fabbri », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. cité, III, 2, p. 72.

19 G. Todeschini, « Fiducia e potere: la cittadinanza difficile », dans P. Prodi (dir.), La fiducia secondo i linguaggi del potere, Bologne, Il Mulino, 2007, p. 21-22. Voir également G. Todeschini, Ricchezza francescana, Bologne, Il Mulino, 2004, p. 162 : « Era necessario e anche indispensabile che la fiducia si fondasse, concretamente, sull’appartenenza degli individui a gruppi ben strutturati e civicamente ben identificabili, in modo che l’identità di ognuno fosse definita dall’appartenenza a famiglie di rilievo, corporazioni di mestiere, arti, confraternite e compagnie. »

20 R. Frigeni, « Assumere iam probatos, non probare iam assumptos. Dinamiche semantiche della fiducia in alcuni specula principum tardomedievali », dans P. Prodi, La fiducia…, ouvr. cit., p. 113-130.

21 Sur les modalités de la confession dans les exempla, voir J. Berlioz, « Les ordalies dans les exempla de la confession (xiiie-xive siècles) », dans L’aveu. Antiquité et Moyen Âge, Rome, Publications de l’École française de Rome, 1986, p. 315-340.

22 Volgarizzamento, ouvr. cité, III, 4, p. 87.

23 Ibid., III, 6, p. 105-106.

24 « De’ mercatanti e cambiatori », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. cité, III, 4, p. 85.

25 Ibid., III, 4, p. 88.

26 Ibid., p. 88 : « Odiosa è questa avarizia di Settenulo, ma di quella di Tolomeo re di Cipri è bene da ridere. […] Quanto per nome, fue Re di Cipro, ma per animo fue miserabile schiavo della pecunia. »

27 « Dell’offizio e della forma de’ Cavalieri », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. cité, II, 4, p. 35 : « Sapienza, fedeltà, larghezza, fortezza, misericordia, guardia de’ pupilli, zelo delle leggi […]. »

28 Ibid., p. 37 : « Fedeli debbono essere gli Cavalieri a’ loro Principi, onde quegli perde nome di Cavaliere, il quale non sa tenere fede al Principe. Preziosa pietra e risplendente gemma è la cavalleria, legata con fermezza di fede » ; et ibid., p. 39 : « Non solamente conviene che i Cavalieri sieno fedeli a’ loro Capitani e Principi, ma fra loro medesimi che si congiungano insieme per fedele amistade; però che è molto temuta da’ nemici la schiera de’ Cavalieri, quando si crede che sieno legate insieme da legame fermo d’amistade e di fedeltade. »

29 « Dell’offizio e della forma de’ Cavalieri », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. cité, II, 4, p. 36.

30 « Della forma e de’ costumi della Reina », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi, ouvr. cité, II, 2, p. 25.

31 Ibid. : « […] Le due figliuole di costei tolsono la carne del pollo e miserla sotto le mammelle loro, acciò che riscaldandosi la detta carne del pollo per lo caldo delle mammelle, sì ne venisse puzzo, et in questo modo fossono lasciate stare e non perdessono la loro virginitade. Quando gli Ungari andavano ad esse, sentendo molto puzzo, sì le abbandonavano e diceano tra loro: deh, come viene grande puzzo di queste Longobarde! E l’una di loro fue poi Reina di Francia, e l’altre fue Reina de la Magna. »

32 « Della forma e de’ costumi della reina », art. cité, p. 20 : « Narra Santo Austino nel libro della città di Dio, che fue in Roma una ch’ebbe nome Lucrezia, gentilissima donna, sì di buoni costumi, come di parentado […]. »

33 « Della forma de’ Rocchi, ciò sono vicarii del Re », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. cité, II, 5, p. 50-51.

34 « Della cagione del trovamento di questo giuoco », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. cité, I, 1, p. 2 : « Or vi dico che questo giuoco fu trovato al tempo di Vilmoderag Re di Bambillonia uomo lussurioso, ingiusto e crudele; il quale del corpo del padre, ciò fue Nabucodonosor, fece fare C.C.C. parti, et a C.C.C. avoltoi lo diede a mangiare. »

35 « Del trovatore del giuoco degli scacchi », dansVolgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. cité, I, 2, p. 3 : « Trovatore di questo giuoco e di questa novitade si fue uno filosafo d’Oriente il quale ebbe nome Xerxes appo i Caldei, et in greco suona a dire Filometor […]. La fama di quest’uomo fue tanto manifesta appo i Greci et appo quegli d’Attenia, che dipò lui molti valenti filosafi ebbero questi nomi da’ loro padri. »

36 « Dell’abbreviamento di tutta l’opera », dans Volgarizzamento del libro de’ costumi…, ouvr. cité, IV, 8, p. 137.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessandra Stazzone, « « Fidélité ». Remarques sur l’exemplum tragique dans le Volgarizzamento del libro de’ costumi e degli offizii de’ nobili sopra il giuoco degli scacchi di frate Iacopo da Cessole (xive siècle) », Cahiers d’études italiennes, 19 | 2014, 13-27.

Référence électronique

Alessandra Stazzone, « « Fidélité ». Remarques sur l’exemplum tragique dans le Volgarizzamento del libro de’ costumi e degli offizii de’ nobili sopra il giuoco degli scacchi di frate Iacopo da Cessole (xive siècle) », Cahiers d’études italiennes [En ligne], 19 | 2014, mis en ligne le 01 mai 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://cei.revues.org/2051 ; DOI : 10.4000/cei.2051

Haut de page

Droits d’auteur

© ELLUG

Haut de page